ELECTIONS EN AFRIQUE

De nombreux pays africains auront des élections cette année. L'animation est grande du côté des autorités et des candidats. Le grand cirque va commencer comme tous les cinq ans, au fait pourquoi avoir choisi le quinquennat?

Les uns mettent en place les commissions électorales dont le mode de désignation des membres pose souvent problème et s'avère rarement consensuel, les autres tentent de modifier discrètement la constitution pour effectuer un dernier mandat, parfois ils y perdent leur poste par entêtement.

Ensuite, les candidats: toujours les mêmes, soit ceux qui restent depuis les indépendances ou leurs enfants, ou les barons des partis  des précédents qui se battent entre eux. Les partis, ce sont ceux qui existent depuis les indépendances et ceux créés par quelques transfuges des précédents, mécontents et insatisfaits de leur parti d'origine. Tous les ingrédients sont là pour faire une élection, tous sauf un: LE PEUPLE, celui qui vote. Mais lui, LE PEUPLE, on ne lui demande rien et surtout pas son avis sur l'organisation du scrutin, juste de voter. Il va élire ses représentants devant L'Assemblée Nationale et le détenteur du pouvoir suprême, le Président. 

On notera que dans tout le cursus LE PEUPLE n'est associé à aucun moment à la préparation des élections. En Afrique, on pratique selon la recette mondiale de la "démocratie". La chefferie traditionnelle, visitée lors de la campagne électorale, est-elle associée aux grandes décisions de la nation? Les référendums sur les grandes décisions sont proscrits, de peur que leur résultat soit en défaveur de l'élite dirigeante. Que craint cette élite dirigeante, puisqu'elle a été élue par le peuple? d'être condamnée pour n'avoir pas tenu ses promesses?

Mais le peuple, depuis plusieurs décennies, a t-il constaté une amélioration dans son pouvoir d'achat et dans le confort de sa vie quotidienne, les salaires ont-ils subis une augmentation notoire depuis les indépendances? Si la réponse est non, ne faut-il pas réfléchir à l'utilité de ces scrutins?

S'ils ne servent qu'à maintenir la pauvreté dans les états, il faut changer le mode de choix et augmenter la participation de la base aux grands choix économiques et politiques que doivent faire les états. Peut-être faut-il fédérer les énergies sur le continent pour réaliser des grands travaux ; chemin de fer, routes, etc.; et dépasser la taille de l'état. 

Il ne s'agit pas de détruire l'existant et de repartir de zéro mais plutôt d'envisager de profondes modifications au système actuel en associant toutes les couches de la société civile. Une gouvernance plus collégiale est indispensable aussi bien au niveau des nations que de l'Afrique entière.

La réflexion est ouverte mais elle est indispensable! 

 

D. SORY

ELECTIONS

 Les élections sont elles encore le moyen d'accéder à un gouvernement démocratique? La réponse est oui, si tous les intervenants sont au même niveau de revenu et d'influence, c'est à dire tous au niveau d'un citoyen lambda. Ce n'est pas le cas actuellement, où quelques uns détiennent à la fois la puissance financière et les médias, disposant ainsi d'un grand pouvoir d'influence. Il est donc indispensable de rétablir un certain ostracisme, au sens premier du terme, tel qu'il se pratiquait dans la Grèce antique (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/ostracisme/56790).

L'élimination de ces groupes d'influence est de plus en plus à pratiquer sur tous les continents. Ils sont par essence négatifs car ils ne respectent que leurs propres intérêts. Ce n'est pas nouveau mais il est inadmissible que les peuples se laissent manipuler de telle sorte, en toute connaissance de cause. Le plus inquiétant est la raison de cette soumission tacite à des pseudos élites qui se sont désignées elles mêmes! On entend pas beaucoup de philosophes ou de psychiatres sur ce sujet? Il est vrai que cette "élite ostracisable" dispose des siens(pseudos philosophes auto proclamés) et des médias pour vulgariser leur bonne parole. 
Les citoyens disposent de la puissance de décision, celles ci n'a pas été respectée en 2005 sur la constitution européenne. Pourquoi votent ils encore pour les apparatchiks qui ont abusé de leur confiance en détournant et passant outre leur décision de refus? La solution passera peut être par l'ostracisme de l'europe( petit "e" car elle est moralement petite) par la Grèce, et cela serait un bon retour aux sources des cultures qui sont les nôtres. Si  ce cas de figure peut servir de base de réflexion à quelques continents, ce serait une très bonne chose et que les Brics exclus l'occident de leur rapport pourrait être la preuve que le renouveau est en route. La voie de la démocratie nouvelle est ouverte! Et pourquoi pas une évolution vers le tirage au sort ?

D.SORY

Météo Cannes